L’ART BRUT

FR | EN


Bosco, Giovanni


sans titre

Bosco, Giovanni
sans titre, entre 2006 et 2008
feutre et feutre noir sur carton
80,5 x 57 cm
© crédit photographique
Collection de l’Art Brut, Lausanne

Auteur

Bosco, Giovanni (1948-2009), Italie

Biographie

Giovanni Bosco est né à Castellammare del Golfo, une petite ville sicilienne. Il est le deuxième enfant d’une fratrie de cinq. Après seulement deux années de scolarité, le jeune garçon travaille comme gardien de troupeau et fait l’expérience d’un premier deuil à l’âge de quatorze ans lorsque son père décède. Deux ans plus tard, il perd ses deux frères jumeaux qui sont assassinés. Bosco est ensuite emprisonné pour des délits mineurs. L’expérience de la prison le traumatise: il souffre de dépression et de paranoïa, cesse de travailler et se clochardise. Par la suite, il retourne vivre dans sa ville natale et emménage dans un espace exigu constitué d’une seule pièce sans aucune commodité.

Dans sa chambre, Giovanni Bosco passe des heures à peindre sur des morceaux de carton un univers graphique d’une rare puissance. Les formes, sobres et économes - essentiellement des parties du corps humain, telles que le cœur, un bras, une jambe, des poumons, parfois accompagnés de l’ossature et de la musculature - sont agencées avec un sens inné de la composition. Elles sont parfois accompagnées d’inscriptions désarticulées où l’auteur mentionne notamment son identité, son année de naissance, celle de son père, ainsi que des noms de villes italiennes ou de villages siciliens. Il inscrit aussi des paroles de chansons napolitaines de Mario Merola qu’il connaît par cœur et qu’il chante parfois à tue-tête lorsqu’il travaille. Mais la nécessité impérieuse qui l’anime le conduit à déborder le huis clos du support pour peindre sur les murs de la petite pièce où il dort, mange, boit, fume, chante et peint. Dans les rues de Castellammare del Golfo où il réside, il marque son passage de peintures à l’huile sur les murs de la cité. Giovanni Bosco s’approprie l’espace public.

De son vivant, il a été soutenu par le peintre du village Giovan Battista di Liberti et par l’association bénévole sicilienne ZEP, qui a beaucoup contribué à valoriser et à faire connaître son œuvre.

Boutique