Seminar "De la trinité en déroute au sinthome"

13.05.2017 - recherche

Séminaire animé par Lise Maurer
Lucienne Peiry présente : Enchevêtrements magiques

Rien ne semble relier a priori une sculpture d’Art Brut de Judith Scott, une statuette de divination  Nikisi du Congo, un reliquaire français du XVIIe , une poupée-fétiche de Michel Nedjar, une tête de tissu cousue par Louise Bourgeois ou des photographies captives dans un filet d’Annette Messager.
Emanant de contrées, de cultures, d’expressions et d’époques différentes, ces créations entretiennent néanmoins de surprenantes parentés quant aux techniques et aux matériaux utilisés d’une part, et quant au processus de création que suivent chacune d’elles d’autre part.
Les analogies sont troublantes dans la manière de lier, de ligoter, d’enchevêtrer ficelles de chanvre, cheveux, cordons de cuir, fils d’or, brins d’herbe ou algue, raphia, cordes ou bandelettes de tissu. Qu’elles soient végétales, organiques ou métalliques, ces fibres assemblées – ingénieusement cousues ou entrelacées, nouées avec force, prises dans des enchevêtrements inextricables – composent des objets d’une nature particulière. Ceux-ci nous frappent, générant émotion, attraction, inquiétude, stupéfaction ou encore répulsion.
Au-delà des ressemblances formelles et stylistiques, peut-on repérer des valeurs et des vertus symboliques communes, ou à tout le moins analogues, entre  ces productions ?
Que cherchent ces artistes contemporains, ces chamanes, ces devins, ces moniales et ces pèlerins, ces auteurs d’Art Brut en enveloppant, en tissant, en nouant, en créant avec tant d’attention ces étranges enchevêtrements ?

Cette présentation est en lien avec l'exposition que Lucienne Peiry présente à Paris, à la Maison rouge. Inauguration  le 22 juin: Inextricabilia - Enchevêtrements magiques du 23 juin au 17 septembre 2017.

Samedi 13 mai 2017
De 14 heures à 16 heures 30
Institut Protestant de Théologie
83 Boulevard Arago – 75014 PARIS
Participation aux frais sur place 9 euros