Sorgente, Palmerino

sans titre
  • sans titre
  • sans titre
  • sans titre
  • Portrait de Palmerino Sorgente

sans titre

Palmerino Sorgente, sans titre, entre 1980 et 2005, assemblage de matériaux divers, 119 x 38 x 38 cm, photo : Marie Humair, Atelier de numérisation – Ville de Lausanne, Collection de l’Art Brut, Lausanne

Auteurs

Sorgente, Palmerino, (1920-2005), Italie

Biographie

Palmerino Sorgente (1920-2005) est né en Ombrie, en Italie. Il est mobilisé durant la Seconde Guerre mondiale et émigre au Canada en 1954, avec sa femme et leurs enfants – le couple en aura treize. Ils s’établissent dans un premier temps dans une réserve indienne, avant de s’installer dans un immeuble de la rue Notre-Dame, à Montréal. Il travaille alors comme concierge, cuisinier, puis manœuvre dans une usine. En 1970, un accident professionnel l’oblige à prendre une retraite anticipée.

Contraint au périmètre de sa résidence, il aménage au rez-de-chaussée une boutique d’objets de piété, qui lui fait aussi office d’atelier et d’espace pour dormir et prier. Palmerino Sorgente, autoproclamé « Pape Palmerino, serviteur de Jésus », confectionne des chapelets ornés de pierres en plastique colorées, des tableaux faits à partir d’images pieuses, ainsi que des tiares et des coiffes de pape, dont certaines font plus d’un mètre de hauteur. Ces chapeaux sont réalisés avec du ruban adhésif rouge, du tissu et décorés de paillettes et de perles synthétiques. Plusieurs de ces pièces ont été prêtées au couturier Christian Lacroix, pour l’un de ses défilés.

Palmerino Sorgente utilise également la photographie pour se mettre en scène dans son rôle de pape. Ces portraits sont omniprésents dans son logement où ils garnissent par exemple de petits autels. Dans une série d’images, Sorgente rejoue les quatorze stations de la Passion du Christ où il mime jusqu’à la crucifixion. Par ses créations, il cherche à partager un message divin de paix et d’amour, et encourager la dévotion autour de lui.

En décembre 2000, un incendie embrase le bâtiment où il vit et crée, détruisant le fruit de trente années de travail et le brûlant grièvement. À peine sorti de l’hôpital, à quatre-vingt-deux ans, le « miraculé » ne perd pas la foi et se remet à l’ouvrage avec assiduité.

Boutique

Exposition (s) à la Collection Art Brut