Burnat-Provins, Marguerite

Les êtres de l’abîme, Oram Caris Bluterba Sobra
  • Les êtres de l’abîme, Oram Caris Bluterba Sobra
  • sans titre
  • Asclibour entroué
  • La luxure
  • Anthor et l’oiseau noir
  • Frilute le peureux
  • La curiosité
  • Portrait de Marguerite Burnat-Provins

Les êtres de l’abîme, Oram Caris Bluterba Sobra

Marguerite Burnat-Provins, "Les êtres de l’abîme, Oram Caris Bluterba Sobra", 1921, aquarelle et mine de plomb sur carton, 42 x 45,5 cm, photo : Claude Bornand, Collection de l’Art Brut, Lausanne

Auteurs

Burnat-Provins, Marguerite, (1872 – 1952), Suisse

Biographie

Marguerite Burnat-Provins (1872 – 1952) est née à Arras, dans le Pas-de-Calais, en France. Elle est l’aînée de sept frères et sœurs d’une famille aisée et cultivée. Encouragée par son père, l’enfant s’investit très tôt dans l’écriture et la peinture. En 1891, elle part à Paris et suit une formation artistique au sein d’institutions privées, l’École des beaux-arts étant encore fermée aux femmes. À l’âge de vingt-quatre ans, elle se marie avec Adolphe Burnat, un architecte suisse qu’elle rencontre à Paris. Le couple s’établit à Vevey, ville d’origine d’Adolphe. Dès 1898, sur les conseils de son ami, le peintre Ernest Biéler, elle fait de nombreux séjours à Savièse, en Valais, pour peindre et écrire. Le soleil et le climat sec valaisans conviennent à sa santé fragile et favorisent le développement de son œuvre ; Marguerite Burnat-Provins réalise peintures, broderies, affiches et poursuit plusieurs projets littéraires. 

En 1906, elle rencontre Paul de Kalbermatten, un jeune ingénieur valaisan avec qui elle entretient une liaison passionnée. Elle divorce finalement d’Adolphe Burnat en 1908 pour se remarier avec Paul. Le couple est installé à Bayonne lorsque la Première Guerre mondiale éclate ; Paul est mobilisé en Suisse alors que Marguerite reste en France. Pour l’auteur, le choc provoqué par le conflit est immense et donne naissance à une œuvre picturale inédite, intitulée Ma ville. Exécutées « sous dictée et sans volonté créatrice », alors qu’elle est en proie à des hallucinations, les compositions de Ma Ville figurent des personnages hybrides mi-humains mi-animaux. En parallèle de la publication de nombreux livres, Marguerite Burnat-Provins poursuit cette création singulière jusqu’à son décès.

Boutique

Exposition (s) à la Collection Art Brut